Saison 1

CAUSE TOUJOURS

Mardi 28 avril 2020 – CONFINEMENT J+43

Aujourd’hui, ça fait six mois que ma mère est venue chez moi. Et dans un mois et demi, je la déménagerai encore une fois. La dernière, en tout état de cause. Quand j’y repense,  je lui en ai fait baver : quatre ans, quatre déménagements. A son âge !

A force de voir sur Facebook les photos de masques confectionnés par des couturières en herbe, je me demande si je ne devrais pas m’y mettre aussi. Non pas que je me découvre une vocation et j’ai bien conscience que ma nullité en la matière sera difficilement améliorable mais au vu de mon stock de masques qui approche du zéro, je me dis pourquoi pas.

Mais, ma boîte à couture sur les genoux, je fixe les aiguilles d’un air perplexe : à supposer que je sache ce que je fais, comment vais-je pouvoir tenir une aiguille pendant une heure alors que je suis incapable de boutonner une chemise ? Les douleurs que je ressens dans les mains sont équivalentes à celles provoquées par l’arthrose et comme avec l’arthrose, le simple mouvement de pince est crucifiant. Du coup, je referme la boîte et me mets devant mon ordi à la recherche de masques.

15.45. Discours du premier ministre sur le déconfinement du 11 mai. Il parle français, moi aussi et pourtant, je ne comprends rien ! En quoi allons-nous reprendre une vie sociale ? Peut-on voir nos amis, notre famille autour d’un apéro, d’un repas ? Pas de bisou d’accord, éventuellement on reste à un mètre les uns des autres mais on fait comment pour manger et boire avec le masque ? Et si ça, c’est autorisé, pourquoi ne rouvrent-ils pas les restaurants ?

L’école sur la base du volontariat à raison de quinze élèves par classe : comment feront-ils si au matin du 12 mai, il y en a le double ? Comment choisir les quinze ‘en trop’, sur quels critères ? Et ils en feront quoi ? Retour chez les parents qui n’ont pas de solutions de garde pendant qu’ils doivent reprendre le travail ?

Ma pépite : les mariages ne seront pas prononcés, sauf en cas d’urgence… Urgence de quoi ?! Ils feraient mieux d’autoriser les divorces en urgence, oui…

C’est pareil, en fait, la seule différence, c’est que l’on n’a plus de dérogations à faire dès qu’on veut sortir et que ces sorties ne sont plus limitées. Je ne comprends pas bien la finalité : on veut refaire circuler le virus ou quoi ? On veut être confinés à nouveau juillet-août ? Parce que je les connais, les zozos de mon quartier : le 11 mai, le parc sera bondé, les gamins qui ne seront pas à l’école s’entasseront dans l’aire de jeux et les parents feront du beach-volley sur la pelouse.

Bref, j’ai l’impression que c’est une main derrière et une main devant et ça donne une cacophonie très confuse. J’espère qu’ils vont réussir à clarifier tout ça rapidement. Une chose est sûre, je n’aimerais pas être à leur place. C’est d’une complexité ! Quant à leur algorithme censé déterminer le taux de contamination par département et les protocoles sanitaires dans le milieu professionnel et scolaire qui font jusqu’à dix pages, bah ça donne mal au crâne.

Et je vire J.S.B. et son orgue. Trop lugubre. Je m’aperçois que sur les 157 CD de son oeuvre complète qui trône dans mon salon, je n’en aime qu’une quinzaine. Particulièrement les Sonatas and Partitas for Solo Violin qui me ramènent là où je les ai entendues pour la première fois, c’est-à-dire calée sur la minuscule banquette arrière d’une Ford Ka sur les lacets d’une petite route menant à Grasse…

Un instant hors du temps, une parenthèse de pure magie, un moment de grâce absolue qui m’a transcendée et qui restera gravé en moi toute ma vie.

close

Etre averti des prochaines publications

2 avis sur “CAUSE TOUJOURS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *