Saison 12

Manipulateur-narcissique

–  Avoue, elle est cool ta meuf, hein ? Elle cuisine, elle repasse, elle te prête sa voiture, elle aime bien tes gosses et se marrent bien avec eux…

–  C’est vrai. Surtout ça.

–  Bah je n’ai pas la vocation d’une baby-sitter anémique, faut que ce soit ludique avec moi. Mais bon, ce n’est pas parce que ce sont les tiens, je suis comme ça avec tous les mômes.

–  Peu importe, j’apprécie beaucoup que tu t’investisses autant auprès d’eux.

 

Le Bradley qui commence, lui, à s’investir de plus en plus avec moi en me disant que je n’ai pas besoin d’un double des clefs de sa maison dans la prairie puisqu’on sera ensemble… Euh…

 

Jeudi 12 août 2021 # IM’PASSE SANITAIRE J+22

Comment peut-il passer d’une roucoulade pareille à ce qu’il m’a fait hier sans penser que je tiquerais ?!! Je commence à comprendre que tout ce qui vient de lui me concernant n’est que velléités nappées de poudre aux yeux. C’est un manipulateur. Mais je ne peux pas lui en vouloir vraiment car je le savais déjà. Mais bon.

Il a eu ce qu’il voulait et il fait ce qui lui chante, comme ça lui chante. En trouvant toutes les excuses de la terre pour se défausser d’un truc dont il n’est pas l’instigateur ou qui ne le tente pas. En l’occurrence, cette idée de passer quelques jours en Normandie venait de moi…

Hier matin, juste avant d’aller bosser, je lui file le numéro du Normandy Beach en lui demandant de les appeler quand il part pour qu’ils sachent à peu près vers quelle heure il arrive. Et éviter le pied de grue toute la journée. Je lui demande aussi de m’envoyer un texto au départ et à l’arrivée.

Vers 13.00, n’ayant rien reçu, je l’appelle, en vain. J’envoie un texto, pas de retour. Et à 14.30 :

« Je suis sur la route. Figure-toi que l’alarme dans ma maison déconne et qu’il faut que je me rende sur place. Et je t’avouerais que de remonter ensuite te rejoindre en Normandie pour une journée pour ensuite redescendre dans le Sud, ça me dit moyen. Donc, je pense qu’on va descendre chez Connor direct. »

J’ai bien compris en rentrant hier soir qu’il avait fait ses valises pour trois semaines. Bref. J’appelle alors le Normandy Beach :

–  Have you heard from Bradley today ?

–  Not at all.

–  WTF ?!! I told him to call you, what a jerk !!! I’m so sorry!

19.30 Miles et Joan l’ont probablement attendu toute la journée, je trouve cela d’une incorrection ! Qu’il le fasse avec moi, j’ai l’habitude, on va dire, mais avec mes amis qui lui offraient l’hospitalité à lui et à ses enfants en échange d’un coup de main pour réparer le portail, cela me fout en boule.

Lui justement qui prône la ponctualité et la correction et qui tombe sur le poil des impudents qui ne respectent pas ces règles, quelle connerie. Faites ce que je dis, pas ce que je fais. Et le « Je ne fais pas aux autres ce que je n’aimerais pas qu’on me fasse » combien de fois l’ai-je entendu de sa bouche en me demandant s’il se rendait vraiment compte qu’il ne faisait que ça justement…

Manipulateur. Il a eu ma voiture – il m’a louée celle avec laquelle je pars ce week-end parce que c’était moins cher que s’il en louait une pour partir deux euh trois semaines avec – il a passé le temps qu’il voulait dans sa maison avec ses enfants, un peu de temps avec moi sur Paris le temps de faire les lessives et le voilà reparti dans le Sud chez son pote comme il l’avait prévu initialement. Tout ça en faisant semblant d’adhérer à mon micro-projet avec lui.

Et dimanche dernier, j’ai émis l’envie de profiter de notre ‘dernière’ terrasse ensemble en allant bruncher à côté, il m’a rétorqué que son budget n’était pas extensible et énuméré toutes ses dépenses du moment. Je me suis dit « En quoi c’est mon problème ? » pour finir par objecter « Je ne gagne même pas la moitié de ce tu gagnes et je ne me plains pas. » et j’ai eu droit à « On ne joue pas dans la même cour ! »

Mais quand j’ai proposé de partager l’addition, là bizarrement il était d’accord. Au final, j’en ai payé les deux tiers car il n’avait « que ça » en espèces à mettre au bout… SA maison, SES travaux, SON 4X4, SON rythme de vie, SA façon de faire les choses : les autres, moi qui plus est, n’ont aucune incidence sur lui, sur sa vie.

Je l’attends le 28, quand il rentrera avec son linge sale et ses mômes qui pissent systématiquement à côté de la cuvette. Le frigo sera vide et peut-être que moi aussi. Voire j’attends qu’il me rende la voiture pour me rebarrer seule en week-end.

Bref, on verra. Pour l’instant, je n’ai pas envie de lui répondre au téléphone, de toute façon, il me laisse un message sous forme de topo militaire, donc je m’en fous. Je pars ce week-end voir mes amis en Normandie, peut-être aussi Bedelia qui est en vacances à Deauville, je vais en profiter pour prendre du temps à moi, marcher sur la plage et me remettre sur mon bouquin qui, j’avoue, n’a pas avancé d’un iota depuis belle lurette.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *