Saison 11

HBD LOVE KISS, BRADLEY

« … Dimanche soir, on se voit. Lundi soir, j’ai un apéro-réunion militaire mais je rentrerai s’il n’est pas trop tard, sinon, on se verra mardi soir. Et je pars en mission du jeudi au dimanche… »

Bradley vendredi soir me détaillant sa ‘semaine avec moi’. Et moi qui me tâte « J’lui dis ? J’lui dis pas ? » ………….

 

Lundi 10 mai 2021 # BALADE AUTORISEE AU-DELA DE 10km MAIS AVANT 19.00  J+8

Bah je lui dis.

–  Sais-tu quel jour on sera lundi ?

–  Euh non… Si, le 10 mai ? AH MEEEEEEEEEEERDE j’ai zappé !!!!!!! Moi qui voulais te préparer une jolie soirée !!! Et je ne peux pas annuler, je me suis engagé… On peut se faire ça mardi soir ? Je suis désolée, ma chérie…

Heureusement que je n’avais rien prévu… Il s’est donc pointé hier soir, assez penaud, un petit paquet rouge sous le bras. Rien que ses mots sur le papier d’emballage m’auraient suffi, c’est déjà un cadeau car cela dit tout.

Je ne suis pas rancunière pour un sou. Et les peccadilles restent à l’état de peccadilles, c’est-à-dire qu’elles ne valent pas la peine de se perdre en conjectures intestinales sans fin. C’est au moins l’avantage de vivre l’instant présent, c’est trop précieux pour le gâcher.

J’étais donc heureuse de voir Bradley hier soir, lui aussi et c’est tout ce qui compte.

Il a été touché par mes derniers ‘aménagements’ comme la petite penderie à roulettes que j’ai achetée spécialement pour lui et tout un casier libéré dans mon tiroir de salle de bains. L’émotion à sa façon : « Personne n’a jamais autant fait pour moi… Je ne sais pas quoi te dire, ça me touche vraiment. Attends-toi à m’avoir sur le dos pendant de nombreuses années ! »

Là, je viens d’avoir un appel du fleuriste à côté de chez moi… Ce n’est pas Walter (j’ai demandé), j’imagine que c’est Bradley. A moins que ce ne soit Yang et/ou Mimine ? J’aurai donc la surprise ce soir en sortant du taf.

C’est assez rock n’roll cette année. L’an dernier, cela a été d’une sinistrose absolue, les cinq années avant, itou. Bref, je me suis habituée à passer ce jour de façon plus commémorative que festive et à ne pas m’en porter plus mal.

Mais je le sens, cette année ce sera différent. Plus festif. Comme si j’avais besoin de prétexte, tout bon soit-il, pour faire la fête. Donc j’ai commencé ce week-end chez Toto, hier soir avec Bradley et je poursuis ce soir avec Yang qui ne manquerait l’occasion pour rien au monde, ce choubidou de BFF. Manque plus que Nénette. Mais la distance et le couvre-feu toujours en vigueur ne nous laissent pas beaucoup de latitudes. Dommage, elle me manque.

Et depuis ce matin, les messages pleuvent. Par textos, par mails… Et par Facebook en réponse à mon post tout frais, photo non-retouchée fièrement arborée à l’appui : « Let’s face it : I can’t pretend to be 29 anymore but… 20 years later, don’t I still rock ? HBD to my preserved youth. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *